Le festival d’Almagro sur la route de Don Quichotte

15 May

Il y a à 200 kilomètres au sud de Madrid, un étrange désert hanté par le souvenir de Don Quichotte : le désert de La Mancha. Ceux qui ont parcouru le chef-d’œuvre de Cervantès se souviendront sans doute de El Toboso où aurait vécu Dulcinée, l’amante rêvée du chevalier à la Triste Figure, ou des innombrables moulins à vent que le héros combat en les prenant pour des géants, et qui parsèment toujours – pacifiquement – le paysage manchego.

Châteaux, villages endormis avec leur plaza mayor aux arcades rustiques et églises baroques, attendent le visiteur sur la bien nommée « Route de Don Quichotte ».
Mais un village mérite une attention particulière, celui de Almagro. Sa plaza mayor ne ressemble à aucune autre. Elle aligne des portiques supportant des logis à balcons vitrés et peints en vert qui font plus penser à l’Europe du Nord qu’à la vieille Castille. La raison en est simple et surprenante : Almagro fut le fief des Fugger, les banquiers allemands des rois d’Espagne, qui choisirent ce lieu isolé pour être à proximité d’importantes mines d’argent.

Sur cette place se situe le Corral de comedias, le plus ancien théâtre d’Espagne datant du XVIe siècle. Comme en Angleterre (qu’on pense au Globe de Shakespeare à Londres), les pièces étaient jouées en Espagne dans ce qui s’apparente à des granges aménagées, à des patios ou à des auberges avec des galeries pour les spectateurs. On y jouait – et l’on y joue toujours – des pièces du répertoire du Siècle d’or espagnol qui est peut-être le plus riche d’Europe, et dont les seuls noms de Lope de Vega, Calderón de la Barca ou Tirso de Molina suffisent à en dire l’importance.

C’est dans ce lieu que se tient tout logiquement chaque été un festival international de théâtre classique espagnol. Cette année – il s’agit de la 41e édition – , les femmes sont à l’honneur, en particulier la religieuse et poétesse mexicaine, Sor Juana Inés de la Cruz (1648-1695) dont on présentera pas moins de trois spectacles inspirés par sa vie et son œuvre ainsi que l’une de ses comédies, Los Empeños de una casa. Le souhait du nouveau directeur du festival, Ignacio García, est de démontrer que le Siècle d’or dépasse les frontières de l’Espagne et qu’il appartient non seulement aux 500 millions d’hispanophones, mais également au patrimoine universel. On en veut pour preuve une production suisse de LaVox Theater de Zurich dirigée par Elizabeth Arciniega Haag, et intitulée « Yo, la peor de todas » (titre original : « Sueño de Monja », « Songe d’une Sœur ») qui sera représentée pour la première fois en Espagne du 26 au 28 juillet dans le beau patio Renaissance de Fúcares (nom espagnol des Fugger !). Cette tragi-comédie mexicaine, dont l’auteur est aussi celui de ces lignes, met en scène les grands moments de la vie et de l’oeuvre de Sor Juana soumise à une double obéissance politique (les vice-rois) et religieuse. C’est ce difficile équilibre qu’elle aura maintenu avec une extraordinaire habileté. C’est le « songe d’une sœur » qui rêve de liberté intellectuelle, mais qui sera rattrapée par les événements et ses obligations. Célébrée de son vivant dans tout le monde hispanique et ses possessions, elle avait été ensuite un peu oubliée en Espagne. On ne peut que se réjouir que cette immense poétesse, véritable icône au Mexique, puisse se mesurer aux plus grands auteurs de l’époque dorée du théâtre ibérique.

Le programme du festival est très riche et varié. Shakespeare sera aussi de la partie avec Hamlet, Macbeth et La Tempête, même si ce seront bien sûr les classiques espagnols (parfois revisités) qui domineront, et qu’un invité de marque ne pourra manquer d’être présent : Don Quijote de la Mancha. Comme l’ingénieux hidalgo, le spectateur pourra laisser libre cours à sa fantaisie grâce à une offre extraordinaire (plus de 70 spectacles). Don Quichotte avait perdu la tête, les spectateurs d’Almagro la rempliront d’émotions !

Jean-Michel Wissmer

Dates du festival : du 5 au 29 juillet 2018

Site complet du festival :
http://festivaldealmagro.com/es/programacion-festival-almagro/

Site où l’on trouve la production suisse de LaVox Theater :
http://festivaldealmagro.com/es/programacion-festival-almagro-por-espacios/28/patio-de-fucares/

Photos :
La plaza mayor de Almagro
Yo, la peor de todas / Sueño de Monja de Jean-Michel Wissmer, mise en scène : Elizabeth Arciniega (Zurich, 2017). Photo : compagnie LaVox.

La production d’Almagro a reçu l’appui de la fondation Pro Helvetia, Schweizer Kulturstiftung.